Fermeture temporaire du whitelistage !!!
Le Jour Z a subi une tempête. Refonte en cours...
On fait du ménage, on change les formules inutiles, bref...
Bientôt de nouveaux textes, concepts et mécaniques.
Derniers sujets
Période
du 18/12/2017
au 17/01/2018

- 100 / 80 -

100%


Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 3

Voir le profil de l'utilisateur

Journal de #13

le Mar 26 Sep - 23:03
JOUR 1

Je n'ai aucun souvenirs de mon arrivé ,j'ai du certainement perdre connaissance, le vent hurle et mise à part lui je ne perçoit que le chant des oiseaux, jusqu'ici je n'en avait entendu que sur bande son durant les test .

Je commence à frémir, l'humidité ne fait qu'accentuer mes frissons ,il semblerait que je ne suis pas très loin de la côte...UNE VOIE FERRE !! je vais confectionner un couteaux grâce aux cailloux du chemin de fer, les bruits constant qui m'entoures m’oppresse, j'ai l'impression d'être suivie, vite!

j'ai tellement froid...j'ai du mal à bouger mes doigts cela ne m'aide guère dans la fabrication de mon couteaux, je dois absolument aller voir ces maisons au loin, je serais au moins à l'abri du vent .

Je peine à courir mais cela me réchauffe, la faim me ralenti maintenant, je dois aller plus vite...mon estomac gronde, ma tête tourne, il faut absolument que je trouve quelques choses à me foutre sous la dent il doit y avoir quelques choses dans ces maisons, il le faut coû....
"MIRACLE,Quel chance!!!" le fruit défendu,,, un champ de pommier à perte de vue, cela estompera ma faim et ma soif , j'explorerai ces maisons plus tard .

Ce n'était pas évident il me fallu monter à l'arbre et récolter une pomme ne fut guère tache aisé mais la récompense gracieuse .

Après avoir copieusement manger quelques pommes, il me fallait trouver des vêtements chaud, des vivres et de quoi me défendre j'ignore encore face à quel genre de menaces j'ai à faire .

Les premières maisons qui arborait cette ville était vide je n'ai trouver qu'une chemise et un bonnet ,j'aurais plus chaud .

Cette ville et tellement vide seul le vent qui se fracasse contre les murs provoque quelques sifflements,
soudain au loin j'entend des grognement, des respirations dérangeante et mêmes parfois des hurlements ,qu'est ce que cela peut-il bien être ?!
Durant les années passer dans ma cage de verre j'ai appris à gérer mon stress mais là il me fallait absolument une meilleur arme .

J'utilise mon couteaux afin de me fabriquer un bâton je n'aurais plus qu'à en tailler le bout afin d'obtenir une sorte de lance cela mettra un peu plus de distance entre moi et mon ennemis que mon vulgaire couteaux de manufacture .

Les hurlements se rapproche, vite je dois aller me mettre à l'abri, j’aperçois un grand bâtiments au loin je vais courir m'y réfugier son toit m'offrira une meilleur vue de ce qui m'entoure .

Je rentre dans cette bâtisse qui ressemble à un genre d’hôpital, du moins ce qu'il en reste tout est saccager là dedans , c'est loin d'être rassurant des mares de sang étalé dans tout les coins,,, bordel je suis loin d'imaginer l'horreur qui à pu se passer à l'époque .

Je dois sécurisé le bâtiment en faire mon campement pour mes premières nuit et fouiller les environs,

Je monte au première étage je trouve miraculeusement un sac, une trousse de premier secours et un stylo (celui avec lequel j'écris actuellement ces lignes)
je monte au sommet et ouvres les portes je vois enfin les environs, des champs , des forêt à pertes de vue .
Moi qui à passer ma vie enfermer dans une prison de verre, je pouvais enfin contempler des étendues sauvages .

J'établie une zone à fouiller de mon point de vue et je reviendrai ici avant la tomber de la nuit, je dois trouver de quoi faire un feu pour m’éclairer et me réchauffer .

Egalement, trouver des vivres ne serait pas négligeables, ce ne sont pas les quelques pommes que j'ai manger auparavant qui m'aideront à passer la nuit, je dois me hâter le soleil progresse et vue les cries qui m'entoures je ne peut pas passer la nuit dehors .

Je fouille le quartiers que j'avais pris soin d’étudier du haut de mon point de vue, chaque recoins chaque cabane, tout est vide j'entends des pas à côté de moi je dois être discret, ces grognement n'ont pas l'air humain .

Je me dirige vers une grange quand soudain je tombe nez à bec avec une volaille je lui saute dessus avec mon couteaux et l’égorge net, on dirait bien que j'ai enfin trouver mon repas de ce soir .
Je prend soin de dépecer la bestioles je vais conserver ces os, ces plumes, et ces entrailles on ne sait jamais se que je pourrais en faire.  
Dans cette grange j'ai également trouver une hache parfait pour le feu, je continue à progresser dans la zone .
Au détour de quelques maisons je trouve un talkie-walkie,,, évidemment sans pile je le garde aussi sait on jamais,
juste à coté une boussole certes abîmé mais elle peut toujours servir.

Je pense avoir de quoi passer la nuit, le ciel commence à s'obscurcir, je vais couper du bois et retourner sur le toit de l'hôpital .

Sur le retour je suis tomber sur une fontaine situer à quelques pas de l'hôpital je pense que je vais rester plus longtemps dans cette ville j'ai de quoi avoir à manger grâce aux champs de pommes et une fontaine pour boire .Je vais pouvoir prendre le temps de bien prendre mes repères et découvrir quel genre de créatures pousse ces terrifiants hurlements .

Je remonte à mon repères après avoir étancher ma soif, j'installe mon feu et cuit mon poulet que je déguste en admirant les envir.ns .

Le pays.ge éta.t magnifique , L'enc.e de m.n st.lo com.enc.  à êt.e v.de                            #13 J.ck T.l.r



JOUR 2


La nuit a était très difficile, ma chemise me tenais à peine chaud, le feu c'était éteint très tôt, j'aurais du faire plus de provision de bois .

Avec les cries incessants des créatures, je n'ai que somnoler, je me tenais sur le qui vive dans mon sommeil, heureusement le jour se lève petit à petit .

Je vais commencer par retourner aux champs de pommes .

En redescendant la tour de l'hôpital je fouille un peu plus attentivement chaque pièce, j'ai pu y trouver, un nouveau stylo (cela ma permis de continuer mon journal) ainsi qu'une boîte d'antibiotique, quand soudain un bruit de verre et des grognements attire mon attention, cela venait de  derrière la porte de sortie, que faire, j'hésite...

Je décide alors finalement de contourner le bâtiment par la porte de derrière et longer la rue jusqu'au champs de pommier, tout se passa sans encombre la discrétion que j'avais acquis au fil de ces années de captivité ne m'auront pas était inutile .

Je cueille quelques fruits et retourne à mon abris aussi discrètement qu'à l'aller en prenant soin de bien refermer la porte derrière moi .

je savais qu'inévitablement j'allais bien devoir à un moment leur faire face et découvrir ce que veulent ces créatures qui ont l'air de nous ressemblez...enfin de loin c'est ce que j'ai pu en apercevoir .

Je suis remonter au plus haut point de la tour et me suis assis, le temps de manger je scrutais les horizons afin d'en étudier le plus possible sur chaque rue, chaque bâtiments, chaque cabanon bref chaque recoins .
Une fois les pommes avalés je prie la boussole dans les mains afin de délimiter différente zone .

Je me mis debout et me tourna face à la zone que j'ai explorer hier .
"très bien !" cette zone s'étend de ouest au nord, la zone de nord à est à l'air bien dense , je vais privilégier la dernière zone qui se situe de est à sud, c'est de là que je suis arrivé hier sans prendre le temps de bien fouiller .
La zone de sud à ouest est parsemé de quelques bâtisse, derrière elles un champ immense avec au bout, plus haut, une grande forêt .

"OK !" alors le plan sera de fouiller la zone est à sud, trouver encore de quoi me nourrir, de meilleurs vêtements et surtout comprendre ce que veulent ces choses .

Je me décide finalement à descendre et passer par la grande porte, j'emprunte les escaliers, arriver au rez de chaussée je pris mon bâton dans la main, le temps d'inspirer un grand coup je donna un violent coup de pied dans la porte qui s'arracha .

La créature que j'ai entendu toute la nuit hurler, certainement la même que entendu tout à l'heure était là, elle se tenais face à moi , son visage était flasque , le regard vide la bouche béante le corps couvert de sang et de tripes ce qui émanais une odeur peu agréable.
Sans même avoir le temps de cligner d'un œil, elle se rua sur moi en poussant un énorme hurlements .
Dans le même instant, en arrière plan j'ai à peine le temps d’apercevoir un deuxième foncer sur nous , que la pointe de mon bâton s'enfonce au travers de l'orbite de l'œil de celui qui était face à moi, il s'écroule aussi sec au sol en claquant la mâchoire (une réaction nerveuse) dans son fracas il brise mon arme en deux .
Je tiens ce qui reste de mon bâton tel un pieux et l'enfonce dans le crâne ramollis du deuxième qui étais arriver à nous, il s'écroule également dans une râle d'agonie le corps désarticuler dans sa chute .

Au moins j'étais fixer sur un point ces créatures n'était pas pacifique.

Je traverse la grande allé, à l'autre bout, au loin j'aperçoie encore trois de ces choses, je ne pense pas qu'elle n'est pu me voir .
Je monte dans un immeuble et regarde plus attentivement la place que je venais de traverser .

La place était orner d'une grande statut représentant un char, il y avait des carcasses de voitures, des boutiques pillé, des débris et des gravas jonchais le sol .

Je continue à explorer la zone que je m'étais fixer sans soucis, presque tout était vide, sans dessus dessous, mais vide .
J'ai peiner à dégoter une boîte de haricot et une autre de pêche .

Vu le peu de ressources que j'avais trouver il n'était pas trop tard pour en profiter et aller fouiller la zone sud à ouest...

Les quelques maisons qui se tenais dans cette zone m'ont permis de trouver une paire de gants et un gros pull, j'aurais moins froid cette nuit .

Il semblerait finalement que je suis dans une banlieue, car arriver à la sortie de se que je pensais être une petite ville, j'ai pu apercevoir en contrebas une plus grande ville, bien trop grande pour aller l'explorer pour le moments...
Je ne suis pas en mesure de me défendre face aux monstres .
Déjà qu'ici il en rôde dans tout les coins ici, alors dans une ville de cette envergure .

Le soleil allais commencer à se coucher alors je suis aller récupérer de quoi confectionner un bon petit feu et entama  le chemin du retour .

Soudain des hurlements, mince j'étais repérer, j'en perçoit un, puis deux,, je cours, au détour de la première ruelle un autre se retourne sur moi et me griffe violemment une partie de mon bras .
La colère et l'instinct de survie me fit prendre ma hache avec laquelle j'asséna un coup violent direct au crâne de celui qui m'avait blesser, j'entendais les pas de mes poursuivants je me retourna et trancha la tête des deux d'un seul coup rotatif .
Les têtes roulais encore au sol quand les corps s'écroula enfin .

Je reprend ma respiration et pose ma hache recouverte de sang au sol, je m'agenouille et me fait un bandage la plaie n'as pas l'air profonde je prendrais soin de nettoyer ça ce soir .

je marchai sur les bris de crâne, des morceaux de cervelles qui était étalés sur le sol, quand un autre hurlements se fit entendre à peine plus loin, sans prendre le temps de réfléchir je cours vers l'hôpital .

Une centaine de mètres me séparer de mon repères, les pas se rapproche de plus en plus vite, par chance le bâtiments possède une échelle qui mène directement sur le toit, je la saisis et la monte aussi vite que possible, le mordeur tenta d'agripper ma cheville mais mon coup de pied lui fit vite lâcher prise .

Arriver sur le toit je m'allonge au sol et reprend ma respiration, je vais aller me détendre écrire ces lignes ,manger et profiter de la nuit pour remettre mes idées en place...
Demain j' observerai leur attitudes, leur habitudes, leur comportement à ces foutues corps sans âme , avide de chair, déambulant nuit .                                                                     #13
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum